Mon nom ?

Laurent Cabrol

 

Après mes débuts dans la presse comme journaliste agricole, ce fut 50 ans de radio, télé, journaux et une dizaine de livres.
Vous avez pu m’apercevoir présentant des émissions comme, la météo, le téléshopping, une famille en or, les jardins de Laurent, La Nuit des héros… Les Marches de la Gloire. Les Chiffres et lettres et à la Radio 40 ans d’Europe 1 (le vrai… canal historique… pas celui d’aujourd’hui). J’ai découvert toute la France avec “Bonjour Monsieur le maire… Le Bonheur est dans le pré .. Reporter de Pierre Bonte … Journaliste à la rédaction, je me suis glissé dans les journaux et les programmes. Michel Drucker m’a embauché et j’ai cultivé depuis notre amitié… Un autre bonheur ? la création des restos du cœur avec Coluche mon voisin “de bureau “.
J’ai même été viré 3 ans de la météo d’Europe 1… accusé d’être “un cumulard nimbus ” mais RMC m’a récupéré et m’a donné une émission de 2 heures tous les jours “Couleur Soleil”… Puis Yves Mourousi devenu patron. Le parigot qu’il est, me trouve trop provincial .et me licencie et Europe 1 me reprend.
Bref !
Je vous parle de ma carrière parce qu’elle a marqué ma vie grâce à vous.
Ce métier est troublant… je vous parle, vous m’entendez et personne ne répond. Les audiences attestent que vous êtes là, à l’écoute et moi je m’enrichis de votre présence silencieuse. Si je vous dis que je vous ai aimés, vous allez surement sourire Et pourtant, c’est vrai, parce que je n’ai cessé de m’améliorer pour vous garder ou vous conquérir.

Alors aujourd’hui, je tourne la page.

Et me voici revenu à mes fondamentaux. La terre et ses richesses. Je suis un enfant du terroir. Je n’ai jamais quitté la ferme familiale et j’y reviens à plein temps . Les animaux, les fleurs, les légumes, les champs et les prés sont heureux de me retrouver, comme les auditeurs silencieux. Ils me le montrent.
Et je veux partager tout cela avec vous

Le retour aux sources.

J’ai grandi dans les Tarn au pied de la montagne Noire.

Elle n’est pas très haute.

Elle n’est pas très noire et elle fait le dos rond sur 80 km. Accrochée à ses basques, la ferme familiale.

Dès 7 ans, j’ai « donné la main «  aux travaux de bouche. Plumer les poules, transformer le cochon en boudin. Melsa  bougnettes ou jambon. J’ai pressé le vin et les pommes. Préparer le vinaigre et les confitures.

Bref, amonceler les provisions pour manger de notre terre.

J’ai encore au fond de moi ses saveurs uniques à nulle autre pareille. Et j’ai choisi de vous faire partager ce goût « nature » venu de notre terre. Aujourd’hui, on dirait « bio »  mais en ces temps-là, chaque ferme avait sa patte.

Comment recréer ce goût ?

Il suffit de réveiller les souvenirs et de dénicher ceux qui savent les traduire.

Ensuite créer une ligne de produits aux saveurs de ma mémoire.

Pour amorcer cette aventure et surtout vous la faire partager, j’ai demandé à Jean-Marc Joucla, un jeune voisin, de presser les pommes de chez moi pour en faire du jus, du vinaigre et de préparer ma gelée de mûres.

Aujourd’hui, je pense avoir trouvé l’esprit et les saveurs de mes ancêtres. “Comme ma grand-mère”, alors si vous aussi, vous aimez les produits sains et naturels, découvrez les saveurs de Laurent, des produits made in Occitanie.